x

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt

parler à la cantonade

Parler à la cantonade

Parler à la cantonade

Connaissez-vous Éric Cantona et son franc-parler ? Et bien l’expression parler à la cantonade n’a rien à voir avec lui. Cependant, certaines de ses réparties (ou punchlines comme disent désormais les jeunes) ont été dites à la cantonade lors d’interview devant un parterre de journalistes. Parler à la cantonade, c’est en effet parler à un groupe sans s’adresser précisément à quelqu’un. Bon allez, avant de vous expliquer le pourquoi du comment, je partage ici quelques phrases cultes de notre footballeur à la grande gueule : “Quand les mouettes suivent un chalutier, c’est qu’elles pensent qu’on va leur jeter des sardines”, “Raymond Domenech est l’entraîneur le plus nul du football français depuis Louis XVI” et une dernière, “Le ballon, c’est comme une femme, il aime les caresses.” Passons maintenant aux choses sérieuses.

Qu’est-ce qu’une cantonade ?

Ce mot fait son apparition au XVe siècle et vient du provençal cantonada qui signifie “angle”. La cantonade désigne un coin de maison ou un coin de rue. Le mot canton (subdivision territoriale) et le verbe se cantonner (rester dans un endroit sans en sortir) ont la même origine.

À la fin du XVIIe siècle, la cantonade est utilisée au théâtre pour désigner un endroit situé sur le côté de la scène. Cette situation privilégiée était réservée aux spectateurs les plus aisés. Plus tard, tandis que les riches rejoignaient les balcons, ce coin de scène invisible de la salle fut utilisé comme annexe des coulisses. On y rangeait les costumes ou les décors. Lorsque les comédiens devaient s’adresser à un personnage absent des planches, le metteur en scène lui demandait de parler à la cantonade.

L’expression s’est ensuite popularisée et fait référence désormais à toutes personnes parlant tout haut sans s’adresser à quelqu’un en particulier.

Quand utiliser cette expression ?

Ne lisez pas les expressions du dimanche en catimini, récitez-les à la cantonade.

Publier un commentaire