x

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt

Se dorer la pilule

Se dorer la pilule

Se dorer la pilule

C’est actuellement les vacances scolaires. Peut-être que certains d’entre vous sont en train de se prélasser sur une plage de sable blanc, au soleil, histoire de faire le plein de vitamine D avant l’hiver. En d’autres termes, certains sont partis se dorer la pilule. Mais si cette expression a pris, depuis les années 80 environ, le sens de se faire bronzer et/ou de s’adonner au farniente, elle avait à son origine une tout autre signification. Vous voulez la découvrir ?

De “dorer la pilule” à “se dorer la pilule”

Il faut remonter au XVIIe siècle pour trouver l’origine de l’expression de base qui était “dorer la pilule”. Depuis des siècles, la médecine utilise un assemblage de substances présenté sous forme de petites boules fabriquées par les apothicaires et censées soigner les maux. Ces pilules n’avaient cependant pas que des avantages. Bien souvent, elles se collaient entre elles, mais surtout elles avaient un goût infâme. La pilule était donc difficile à avaler, jusqu’au jour où les pharmaciens de l’époque eurent une idée. Ils ont commencé à enrober les pilules d’une couche de sucre, d’une fine pellicule d’argent ou d’or. C’est à ce moment-là que l’expression “dorer la pilule” est apparue, signifiant enjoliver les choses pour mieux faire avaler la pilule (au propre, comme au figuré).

D’ailleurs, le verbe dorer avait auparavant le sens d’oindre, c’est-à-dire d’enduire.

Il se trouve que certains affirment que le lien entre l’expression dorer la pilule et sa version pronominale n’est pas avéré. La seconde serait uniquement une variante de se dorer au soleil, la pilule représentant le visage. Mais lorsqu’on se dore au soleil, n’est-ce pas pour s’enjoliver ? CQFD.

Quand utiliser cette expression ?

Je prends mon pied quand je me dore la pilule.

Publier un commentaire