x

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt

prendre son pied

Prendre son pied

Prendre son pied

Vous connaissez beaucoup de personnes, vous, qui attrapent leur pied au sens propre (même quand il est sale) pour manifester leur satisfaction ? Pourtant, l’expression fait partie du langage courant. On affirme prendre son pied dès que l’on pratique une activité qui nous procure du plaisir. Y’a-t-il un rapport avec les bébés qui eux sont suffisamment souples pour attraper facilement les leurs, contrairement à moi (et à vous aussi, avouez-le) ? Pas vraiment. Voici la véritable explication.

Une question de taille

Le pied n’est pas uniquement une partie du corps humain. Il est également une unité de mesure qui équivaut environ à 33 centimètres. Ne commencez pas à complexer, messieurs, je vois le cheminement de votre pensée, mais il ne s’agit pas de cela. Au XIXe siècle, la mesure de pied a pris la notion de portion ou de ration, utilisée essentiellement par les voleurs et les corsaires. Lors du partage du butin, chaque complice prenait son pied, il en avait pour son compte. On disait aussi “avoir son pied”. Les termes “c’est le pied” ou “ce n’est pas le pied” en sont des dérivés.

L’expression est rapidement passée du langage des brigands au langage des prostituées qui estiment avoir droit à leur part de plaisir. C’est pourquoi “prendre son pied” a surtout une connotation sexuelle. Heureusement, aujourd’hui on prend son pied dans de nombreuses autres situations, en pratiquant une activité sportive, en allant à un concert ou en mangeant un bon repas.

Quand utiliser cette expression ?

Une phrase que vous pouvez dire dès demain à la machine à café : je prends mon pied en lisant les expressions du dimanche d’Irène.

Comments:1
Publier un commentaire