x

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt

manger à se faire péter la sous-ventrière

Manger à se faire péter la sous-ventrière

Manger à se faire péter la sous-ventrière

Vous allez finir par penser que j’ai une obsession avec la bouffe. Après faire bonne chère et manger comme un chancre, revoici une expression qui parle de nourriture. Pour ma défense, celle-ci m’a été commandée lors de notre dernier repas de famille durant lequel, il faut l’avouer, on s’est bien fait péter la sous-ventrière. Il ne nous reste plus qu’à trouver son origine.

Qu’est-ce qu’une sous-ventrière ?

Le dérivé du mot “ventre” est flagrant, n’est-ce pas ? La ventrière était au XIIe siècle un ceinturon intégré à l’armure pour protéger le ventre du chevalier.

La sous-ventrière qui a été inventée au XIVe siècle est une sangle qui passe sous le ventre du cheval.

Pour l’homme, comme pour l’animal, on imagine bien qu’en cas de repas copieux la ventrière et la sous-ventrière peuvent facilement céder.

Il est toutefois plus raisonnable de manger (et de boire) avec modération.

Quand utiliser cette expression ?

Je ne suis pas dans mon assiette, ce n’est pas aujourd’hui que je vais manger à m’en faire péter la sous-ventrière.

Publier un commentaire