x

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt

ne pas etre dans son assiette

Ne pas être dans son assiette

Ne pas être dans son assiette

Il est vrai que lorsque l’on n’est pas dans son assiette, on manque un peu d’appétit. Un petit bobo ou une grosse maladie, une déception professionnelle ou sentimentale, une période de stress, parfois tout ça en même temps, et on en perd l’envie de se nourrir. Cependant, notre expression du jour, qui signifie ne pas se sentir bien physiquement ou moralement, n’a pas grand-chose à voir avec la pièce de vaisselle, qu’elle soit plate ou creuse.

De quelle assiette s’agit-il ?

Si l’on suppose que les assiettes ont de tout temps existé, elles n’ont eu cette appellation qu’à partir de XVIe siècle. Néanmoins, ce mot faisait déjà partie de notre belle langue française.

Voyons donc son étymologie. Assiette vient du latin assedita et de adsedere : asseoir. Ce mot désigne la stabilité, l’équilibre d’une chose puis, par extension, la manière d’être assis, en particulier sur le dos d’un cheval. Il est notamment utilisé en équitation lorsque l’on parle de la position du cavalier (avoir une bonne assiette) et dans l’aviation (le pilote surveille son assiette). L’expression « ne pas être dans son assiette » signifiait donc avoir une certaine instabilité, qu’elle soit physique ou morale.

Pour les petits curieux qui veulent savoir pourquoi notre plat du quotidien porte également ce nom, je vous fais aussi un petit topo. C’est cadeau, ne me remerciez pas. L’assiette désignait dans un premier temps la place prise par le convive installé à table, puis l’action de poser les plats sur la table, avant de nommer le plat individuel en lui-même.

Bon, je ne vous parle pas des assiettes fiscales, c’est dimanche, je ne veux pas vous mettre de mauvaise humeur.

Quand utiliser cette expression ?

J’ai regagné mes pénates sous une pluie battante. J’étais trempée comme une soupe. Depuis je ne suis pas dans mon assiette.

Publier un commentaire